Une personne handicapée a aujourd’hui trois fois moins de chances que la moyenne d’être en emploi et elle est deux fois plus exposée au chômage. Les employeurs ont un rôle central à jouer sur un sujet qu’ils doivent considérer comme une responsabilité, mais aussi comme un véritable marqueur de performance économique et social. Les politiques d’emploi de travailleurs handicapés relèvent en effet du modèle de société inclusive que partagent nos concitoyens. Plus que l’intégration, une politique d’emploi des personnes handicapées efficace passe par un accompagnement de ces dernières tout au long de leur carrière. Depuis 1997 LADAPT, tente de faire évoluer les préjugés et représentations et organise chaque année, la Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH). L’édition 2019 se déroulera du 18 au 24 novembre 2019 avec 3 thèmes mis à l’honneur : le handicap invisible, les femmes et l’Europe.

La SEEPH, événement incontournable en France, permet aux acteurs économiques de s’interroger sur les différents dispositifs mis en place pour faciliter l’insertion professionnelle et désormais l’inclusion des personnes en situation de handicap.

Elle a pour objet :

  • d’inspirer et de susciter les réformes de structures sociales et de soutenir toute initiative destinée à favoriser l’insertion sociale et professionnelle, des personnes handicapées ou en grandes difficultés d’insertion,
  • de créer et d’administrer toute structure susceptible de favoriser cette action,
  • de soutenir l’étude et la recherche concernant tous les problèmes de réadaptation et d’insertion sociale et professionnelle,
  • de lutter contre toutes les formes de discrimination en raison du handicap ou d’un état de santé dans tous les domaines de la vie sociale et professionnelle.

C’est aussi l’occasion cette année de rappeler l’évolution du cadre législatif pour les entreprises avec la réforme de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés applicable dès janvier 2020.

Les handicaps

Son principal objectif, clairement annoncé par la Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, « l’emploi direct pour construire l’entreprise pour tous, qui intègre toutes les différences y compris les personnes handicapées ».

Le taux d’emploi des travailleurs handicapés est fixé à 6 % pour toutes les entreprises de plus de 20 salariés, révisable à la hausse.

C’est un moment d’échange et de partage où l’on peut s’informer et sensibiliser sur le travail des personnes en situation de handicap.

La sensibilisation des collaborateurs et des parties prenantes au handicap est un des leviers pour intégrer de façon inclusive les travailleurs handicapés.

Des associations comme SELF’PI proposent de mettre en œuvre des actions concrètes afin de sensibiliser les équipes et collaborateurs à la diversité.

Une pratique ludique et culturelle de la Langue des Signes Française permet à chacun d’aborder la surdité et de faire évoluer ses préjugés et représentations.

Un environnement de travail inclusif et conscient des enjeux de la diversité, est le terreau nécessaire à l’expression de toutes les compétences et du vivre ensemble.

Inclure le handicap dans la culture de l’entreprise et devenir « entreprise handi-accueillante ».


[embedyt]https://www.youtube.com/watch?v=e30hND-Wc38[/embedyt]

Handicap invisible ?

Les perceptions du handicap sont éloignées des réalités vécues par les personnes handicapées.
Alors que plus de 80 % des situations de handicap sont invisibles, l’image commune reste celle d’une personne en fauteuil roulant. Mais invisible ne veut pas dire inexistant. Pour sensibiliser entreprises et grand public à cette problématique, LADAPT a donc décidé de mettre en lumière le handicap qui ne se voit pas mais qui peut tout de même demander certains aménagements.


Les leviers pour atteindre ce taux d’emploi ?

Toutes les formes d’emploi d’un travailleur reconnu handicapé seront prises en compte (CDI, CDD, contrats d’alternance, parcours emploi compétences, contrats d’intermittents ? contrats de mise à disposition, stages…)
Des actions peuvent être valorisées dans le cadre de la contribution lorsque l’obligation d’emploi n’est pas atteinte, comme :

  • la mise en œuvre de moyens humains, techniques ou organisationnels compensatoires au handicap pour le maintien dans l’emploi ou pour la reconversion professionnelle de salariés handicapés,
  • ou encore le coût d’actions de formation, de sensibilisation des salariés et de prestations d’accompagnement de travailleurs handicapés, assurées par des organismes extérieurs à l’entreprise.

La SEEPH pour sensibiliser?

Dans le cadre de la SEEPH, la Plateforme RSE* recommande de développer la participation des entreprises à des actions ponctuelles en lien avec l’emploi de travailleurs handicapés. Tout comme elle recommande de poursuivre et de renforcer la communication, la sensibilisation et la formation pour tous les acteurs concernés : dirigeants d’entreprise, responsables des ressources humaines, managers, collaborateurs, services de santé au travail, acteurs médico-sociaux et institutions représentatives du personnel, pour faire évoluer les représentations collectives du handicap.

*réunit les principales parties prenantes de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en France, mandatée par la Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapés, pour proposer des mesures visant à encourager des entreprises à embaucher et maintenir dans l’emploi les travailleurs handicapés.

Catégories : Actualités